Chimie : Daesh mise sur les antioxydants

L’État islamique a enfin rendu public son nouvel appel à projets en recherche fondamentale et appliquée, qui a été diffusé cette semaine sur plusieurs sites des réseaux djihadistes. Comme l’a indiqué le professeur Abou Ala al-Labo, calife adjoint en charge des affaires scientifiques, l’appel d’offre 2016 sera entièrement dédié à la recherche dans le domaine de la chimie. « La DFG (Daesh Funding Agency, note de la rédaction) va allouer près de vingt millions de dollars à la recherche sur les antioxydants, a déclaré Ala al-Afri. Comme l’indique leur nom, ces substances chimiques devraient nous permettre de renforcer notre lutte contre les pays occidentaux ».

Plusieurs équipes de recherche françaises, qui ont pourtant affirmé ne pas partager l’idéologie véhiculée par Daesh, ont déjà indiqué qu’elles répondraient à l’appel à projets de L’État islamique. « La France ne nous donne plus d’argent pour financer nos projets de recherche, a indiqué un directeur de recherche du CNRS sous le couvert de l’anonymat. Comme nous sommes dans la dèche, nous nous tournons vers Daesh ».

Najat Vallaud-Belkacem, ministre française de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, s’est déclarée peu inquiète. « Laissons-les travailler sur ces substances, a indiqué la ministre, car ils risquent de s’éliminer eux-mêmes ! Les antioxydants ont en effet la propriété de détruire les radicaux ».

Lyon : la tombée brutale d’un liquide inconnu venant du ciel inquiète les habitants

lyon2

L’agglomération lyonnaise a été le lieu d’un phénomène pour l’instant inexpliqué ce vendredi 17 juillet. Plusieurs centaines d’habitants ont en effet livré des témoignages concordants décrivant la chute soudaine d’un liquide inconnu venant du ciel, qui se serait parfois accompagnée de nombreuses lueurs célestes apparaissant sous forme de flashs, suivies de fortes détonations faisant penser à des explosions.

« Le ciel habituellement bleu est soudainement devenu très sombre, a raconté une habitante du centre de Lyon, une atmosphère pesante et inquiétante qui a pesé comme une chape sur la ville. Nous avons immédiatement pensé à l’accident de Tchernobyl ou à un bombardement. J’ai tout de suite fait rentrer les enfants, nous avons calfeutré toutes les ouvertures et fermé les volets, et nous nous sommes réfugiés dans la cave. Nous y sommes demeurés cachés en écoutant attentivement la radio. Comme aucune alerte chimique ne semblait avoir été déclenchée, nous avons osé sortir après plusieurs jours, enveloppés dans des couvertures d’amiante et dans des imperméables. Le ciel s’était éclairci et le liquide mystérieux s’était volatilisé comme par miracle. Tout avait l’air normal et le chien que nous avions laissé par inadvertance seul dans le jardin était encore en vie. Tout semble actuellement normal, mais nous avons besoin de savoir ce qui s’est réellement passé ».

Selon le professeur Hachdeuzo, directeur du laboratoire de Chimie des Liquides du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), le liquide inconnu ne présenterait pas de niveau de radioactivité alarmant, et sa formule chimique pourrait même être extrêmement simple. « Nos premiers résultats, qui restent à confirmer, suggèrent que les molécules constituant cette étrange substance pourraient contenir deux atomes d’hydrogène et un atome d’oxygène, a indiqué Hachdeuzo. Nous nous penchons également sur certaines propriétés étonnantes de ce liquide, plusieurs habitants ayant rapporté qu’il pourrait avoir la capacité de rendre plus vertes les pelouses desséchées. Enfin, certains anciens affirment avoir déjà vécu par le passé ce type de précipitations célestes. Tout cela reste bien sûr à confirmer, nous devrions en savoir plus dans quelques semaines. L’essentiel pour l’instant est de refréner tout mouvement de panique au sein de la population ».