Santé humaine: les scientifiques pas d‘accord sur la dangerosité de l’application « Tartine » pour smartphone

eat

Selon le Professeur Fritz Allesrein, directeur de l’Institut des Pathologies liées aux Smartphones à New-York, une nouvelle application nommée « Tartine » serait à l’origine du décès d’une cinquantaine de personnes aux USA et ailleurs dans le monde. « Cette application permet d’afficher sur votre smartphone des images de différentes denrées comestibles comme de la pâte à tartiner Nutella, de la confiture, du camembert ou des rondelles de saucisson. Comme l’indique son nom, cette application très réaliste donne alors à votre smartphone une apparence appétissante de tartine. Je soupçonne fortement que plusieurs personnes sont récemment décédées après avoir utilisé cette application et avalé leur téléphone. Même si les résultats des autopsies ne seront pas divulgués avant plusieurs semaines, je peux vous indiquer que dans chaque cas le smartphone a disparu. De plus, quand on appelle le numéro du téléphone, la sonnerie et la voix du répondeur viennent de l’intérieur de la personne. L’ingestion est donc plus que vraisemblable ».

Des études sur plusieurs modèles animaux, commandités en urgence par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), n’auraient par contre montré aucune dangerosité de l’application. « Des études contrôlées ont été effectuées sur différents modèles animaux, a indiqué le docteur Alan Droid, porte-parole de l’OMS. Je dois avouer que les expériences menées sur les poissons-zèbres sont peu concluantes : en aquarium les smartphones utilisés ont vite rendu l’âme, comme l’ont fait les poissons dans l’expérience hors aquarium. Par contre, aucun modèle murin ou primate n’a tenté de manger le téléphone, les chimpanzés fermant même l’application en question pour aller sur Facebook ».

Le Professeur Allesrein n’a pas tardé à réagir aux études sur les modèles animaux. « Ces résultats ne démontrent absolument pas que cette application n’est pas dangereuse pour l’Homme, a-t-il déclaré. Ils prouvent simplement que les animaux ont un peu plus de jugeote que les humains et qu’ils ne sont pas assez bêtes pour avaler un téléphone portable avec une image de Nutella à l’écran. Les autorités sanitaires mondiales ont interdit récemment l’application « Papier toilette » pour des raisons évidentes d’hygiène et de risque de transmission de germes : il faut selon moi faire de même pour l’application « Tartine » ».

Deux jeunes chercheurs de 10 et 12 ans démontrent de manière irréfutable la toxicité des épinards dans l’alimentation des enfants

Tous les enfants le savaient déjà : les épinards sont hautement toxiques.

epi

La plupart des enfants le pressentaient depuis longtemps, deux jeunes chercheurs viennent de le démontrer : les épinards sont toxiques pour les enfants. Julien, 12 ans, et Lucas, 10 ans, sont en effet parvenus à l’aide de leur coffret « Chimie Sans Danger » à isoler une toxine, l’épinardine, qui selon eux serait responsable des troubles comportementaux observés chez les enfants forcés de consommer des épinards. « Tous les enfants obligés par leurs parents à manger des épinards montrent une baisse importante de l’appétit et une augmentation de manifestations comportementales négatives comme la mauvaise humeur, les hurlements ou la bouderie, a indiqué Julien lors d’une conférence de presse ce vendredi. L’épinardine en est la cause, il faut donc retirer de toute urgence les épinards de l’alimentation des enfants. Nous recommandons de les remplacer par des frites, qui ne contiennent aucune toxine et rendront l’appétit et la bonne humeur à ceux qui les mangent. Nous demandons également l’interdiction pure et simple de diffuser des épisodes de Popeye à la télévision. Ce dessin-animé est mensonger et véhicule des informations fausses sur la valeur nutritive des épinards ».

Alors que Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, s’apprête à interdire la vente des épinards en France, la Société Française des Mamans (SFM) a accusé publiquement les deux chercheurs d’avoir falsifié leurs résultats car ils n’aiment pas les épinards, et a demandé une contre-expertise scientifique au CNRS. « Nos résultats sont authentiques et ne représentent malheureusement que la face visible de l’iceberg des tortures nutritives imposées par les parents à leurs enfants, a répondu Lucas. Nos résultats indiquent en effet que des toxines très dangereuses sont également présentes dans les choux de Bruxelles, les choux-fleurs et les brocolis ».