Le grand spectacle de la nature: une éclipse d’éclipse solaire visible depuis plusieurs villes françaises

bb

Alors que comme annoncé, la nouvelle lune est bien passée devant le soleil à l’occasion de la première éclipse de l’année 2015 en ce 20 mars, la nature a encore réservé un spectacle extraordinaire aux habitants de plusieurs villes françaises. Des millions de personnes ont pu en effet admirer une éclipse d’éclipse solaire, un phénomène également appelé double éclipse. Lors d’une double éclipse, la couche nuageuse masque la lune qui masque elle-même le soleil, un phénomène d’une rare beauté qu’il est très rare d’observer.

« C’était magnifique, a indiqué Delphine, une habitante d’une petite commune rhônalpine. Au lieu d’assister à une éclipse de soleil classique, qui nous a été montrée et remontrée à la télévision et sur internet, nous avons pu contempler cette étendue céleste immense d’un gris mélancolique et presque érotique, avec quelques passages de nuages noirs pour contraster les cinquante nuances de gris. Nous avons pu observer ce splendide spectacle de la nature sans lunettes, et les yeux grand ouverts, car il ne pleuvait pas. C’était si beau et si bouleversant que nous en avons tous pleuré ».

A noter que dans certaines grandes métropoles comme Paris ou Lyon, les habitants médusés ont même eu le privilège d’assister à une éclipse d’éclipse d’éclipse de soleil. Une triple éclipse causée par la présence d’un nuage de pollution masquant les nuages masquant la lune masquant le soleil. Un phénomène d’une rare beauté, qui ne doit surtout pas être remis en cause par des mesures inappropriées comme la circulation alternée en agglomération lors des pics de pollution.

Dérèglement climatique: selon une étude publiée ce 1er février, le mois de janvier a été le mois le plus chaud de l’année 2015 en France

paris

Ségolène Royal, la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, a tiré la sonnette d’alarme ce dimanche 1er février : même en France, le climat marche sur la tête. « La situation est critique, a indiqué la ministre. Selon les données fournies par l’Agence Parisienne du Climat, la température moyenne du mois de janvier 2015 à Paris se serait élevée à 2,9°C, ce qui fait de janvier le mois le plus chaud de l’année 2015 ! Cette tendance est également retrouvée dans toutes les villes de France pour lesquelles des données sont disponibles. Je vous rappelle qu’en janvier nous sommes censés nous trouver en hiver, ces observations démontrent de manière indéniable que notre pays n’est pas épargné par le dérèglement climatique ».

Curieusement, la tendance semble inversée dans d’autres pays européens. En Belgique, l’Agence Wallonne de l’Air et du Climat a en effet reporté que janvier à Bruxelles aurait été, au contraire de ce qui a été observé en France, le mois le plus froid de l’année 2015. « Nous allons organiser une conférence franco-belge au sommet sur le climat, a annoncé Ségolène Royal. Nos scientifiques pourront ainsi comparer leurs données. Mais nous pouvons dès à présent nous demander pourquoi le dérèglement climatique nous affecte et pas nos amis belges. De manière claire, nous devons nous remettre sérieusement en question pour espérer pouvoir inverser la tendance ».

« Sans vouloir jouer au prophète, j’avais déjà donné l’alarme en 2014 dans mon émission télévisée AuxChouxMaya, a indiqué le journaliste-reporter et militant écologiste Nicolas Mulot. L’information a été étouffée par les médias, mais le constat était déjà aussi terrible qu’édifiant : en 2014, le mois de janvier a bien été l’un des douze mois les plus chauds de l’année ».