Environnement : la Belgique lance un vaste projet de ventilateurs géants pour lutter contre le réchauffement climatique

La Belgique a décidé, au contraire des Etats-Unis, de prendre le taureau par les cornes en matière d’environnement et de lancer un vaste projet de ventilateurs géants pour lutter contre le réchauffement climatique. C’est ce qu’a annoncé la ministre de l’environnement Eléonore Van der Frey en conférence de presse ce mercredi.

« J’ai eu l’idée de ce projet lors de mes dernières vacances au Danemark, a déclaré la ministre. Je me suis étonné du vent permanent dans ce pays, et j’ai alors remarqué les ventilateurs géants, qu’on appelle aussi éoliennes, partout dans le paysage. Je me suis alors dit que nous les Belges, nous devions également utiliser cette technologie pour tenter de réduire la température ambiante et lutter contre le réchauffement climatique. Nous allons donc installer près de 5000 éoliennes dans le pays, et ce n’est qu’un début. Sauver notre planète n’a pas de prix ».

Même si l’intention est louable, il restera encore à la ministre à convaincre ses concitoyens. « J’habite à côté d’un parc éolien depuis plusieurs années, a par exemple indiqué un habitant d’Estinnes (Province du Hainaut), et ce n’est pas pour ça qu’il y fait moins chaud. Moi j’aurais plutôt fait construire des éventails géants, ça aurait en plus chassé les mouches ».

Publicités

Lyon : la tombée brutale d’un liquide inconnu venant du ciel inquiète les habitants

lyon2

L’agglomération lyonnaise a été le lieu d’un phénomène pour l’instant inexpliqué ce vendredi 17 juillet. Plusieurs centaines d’habitants ont en effet livré des témoignages concordants décrivant la chute soudaine d’un liquide inconnu venant du ciel, qui se serait parfois accompagnée de nombreuses lueurs célestes apparaissant sous forme de flashs, suivies de fortes détonations faisant penser à des explosions.

« Le ciel habituellement bleu est soudainement devenu très sombre, a raconté une habitante du centre de Lyon, une atmosphère pesante et inquiétante qui a pesé comme une chape sur la ville. Nous avons immédiatement pensé à l’accident de Tchernobyl ou à un bombardement. J’ai tout de suite fait rentrer les enfants, nous avons calfeutré toutes les ouvertures et fermé les volets, et nous nous sommes réfugiés dans la cave. Nous y sommes demeurés cachés en écoutant attentivement la radio. Comme aucune alerte chimique ne semblait avoir été déclenchée, nous avons osé sortir après plusieurs jours, enveloppés dans des couvertures d’amiante et dans des imperméables. Le ciel s’était éclairci et le liquide mystérieux s’était volatilisé comme par miracle. Tout avait l’air normal et le chien que nous avions laissé par inadvertance seul dans le jardin était encore en vie. Tout semble actuellement normal, mais nous avons besoin de savoir ce qui s’est réellement passé ».

Selon le professeur Hachdeuzo, directeur du laboratoire de Chimie des Liquides du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), le liquide inconnu ne présenterait pas de niveau de radioactivité alarmant, et sa formule chimique pourrait même être extrêmement simple. « Nos premiers résultats, qui restent à confirmer, suggèrent que les molécules constituant cette étrange substance pourraient contenir deux atomes d’hydrogène et un atome d’oxygène, a indiqué Hachdeuzo. Nous nous penchons également sur certaines propriétés étonnantes de ce liquide, plusieurs habitants ayant rapporté qu’il pourrait avoir la capacité de rendre plus vertes les pelouses desséchées. Enfin, certains anciens affirment avoir déjà vécu par le passé ce type de précipitations célestes. Tout cela reste bien sûr à confirmer, nous devrions en savoir plus dans quelques semaines. L’essentiel pour l’instant est de refréner tout mouvement de panique au sein de la population ».

Le grand spectacle de la nature: une éclipse d’éclipse solaire visible depuis plusieurs villes françaises

bb

Alors que comme annoncé, la nouvelle lune est bien passée devant le soleil à l’occasion de la première éclipse de l’année 2015 en ce 20 mars, la nature a encore réservé un spectacle extraordinaire aux habitants de plusieurs villes françaises. Des millions de personnes ont pu en effet admirer une éclipse d’éclipse solaire, un phénomène également appelé double éclipse. Lors d’une double éclipse, la couche nuageuse masque la lune qui masque elle-même le soleil, un phénomène d’une rare beauté qu’il est très rare d’observer.

« C’était magnifique, a indiqué Delphine, une habitante d’une petite commune rhônalpine. Au lieu d’assister à une éclipse de soleil classique, qui nous a été montrée et remontrée à la télévision et sur internet, nous avons pu contempler cette étendue céleste immense d’un gris mélancolique et presque érotique, avec quelques passages de nuages noirs pour contraster les cinquante nuances de gris. Nous avons pu observer ce splendide spectacle de la nature sans lunettes, et les yeux grand ouverts, car il ne pleuvait pas. C’était si beau et si bouleversant que nous en avons tous pleuré ».

A noter que dans certaines grandes métropoles comme Paris ou Lyon, les habitants médusés ont même eu le privilège d’assister à une éclipse d’éclipse d’éclipse de soleil. Une triple éclipse causée par la présence d’un nuage de pollution masquant les nuages masquant la lune masquant le soleil. Un phénomène d’une rare beauté, qui ne doit surtout pas être remis en cause par des mesures inappropriées comme la circulation alternée en agglomération lors des pics de pollution.

Dérèglement climatique: selon une étude publiée ce 1er février, le mois de janvier a été le mois le plus chaud de l’année 2015 en France

paris

Ségolène Royal, la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, a tiré la sonnette d’alarme ce dimanche 1er février : même en France, le climat marche sur la tête. « La situation est critique, a indiqué la ministre. Selon les données fournies par l’Agence Parisienne du Climat, la température moyenne du mois de janvier 2015 à Paris se serait élevée à 2,9°C, ce qui fait de janvier le mois le plus chaud de l’année 2015 ! Cette tendance est également retrouvée dans toutes les villes de France pour lesquelles des données sont disponibles. Je vous rappelle qu’en janvier nous sommes censés nous trouver en hiver, ces observations démontrent de manière indéniable que notre pays n’est pas épargné par le dérèglement climatique ».

Curieusement, la tendance semble inversée dans d’autres pays européens. En Belgique, l’Agence Wallonne de l’Air et du Climat a en effet reporté que janvier à Bruxelles aurait été, au contraire de ce qui a été observé en France, le mois le plus froid de l’année 2015. « Nous allons organiser une conférence franco-belge au sommet sur le climat, a annoncé Ségolène Royal. Nos scientifiques pourront ainsi comparer leurs données. Mais nous pouvons dès à présent nous demander pourquoi le dérèglement climatique nous affecte et pas nos amis belges. De manière claire, nous devons nous remettre sérieusement en question pour espérer pouvoir inverser la tendance ».

« Sans vouloir jouer au prophète, j’avais déjà donné l’alarme en 2014 dans mon émission télévisée AuxChouxMaya, a indiqué le journaliste-reporter et militant écologiste Nicolas Mulot. L’information a été étouffée par les médias, mais le constat était déjà aussi terrible qu’édifiant : en 2014, le mois de janvier a bien été l’un des douze mois les plus chauds de l’année ».