Médecine: le Vatican débloque 20 millions d’euros pour la recherche sur le cancer du saint

-

Le pape François l’a annoncé cette semaine aux fidèles du haut du balcon de la basilique Saint-Pierre : le Vatican va investir une somme d’argent considérable, environ 20 millions d’euros, pour la recherche sur le cancer. « Le cardinal responsable des questions médicales a effectué un constat effroyable, a indiqué le Saint-Père. Il a en effet remarqué que tous les saints, sans aucune exception, étaient décédés. Nous ne pouvions bien-entendu pas rester insensibles à ce drame et avons consulté plusieurs spécialistes sur les causes médicales possibles liées à cette hécatombe. Suite à une conversation téléphonique avec un professeur en oncologie de l’Hôpital Universitaire de Rome, nous avons décidé de financer un vaste programme de recherche pour mieux comprendre et combattre le cancer du saint ».

Les scientifiques devront en particulier expliquer pourquoi, alors que cette forme de cancer est connue pour affecter plus particulièrement les femmes, la majeure partie des saints décédés sont des hommes. « Nous ne comptons pas nous arrêter là, a indiqué le pape François. Nous souhaitons soutenir financièrement d’autres projets de recherche pour combattre les maladies, dont un vaste programme pour améliorer la greffe de foi ».

Réduction des crédits célestes alloués à la recherche: Dieu se voit contraint de mettre un terme à son programme expérimental « La Vie sur Terre »

polls_2407ld1_3116_145509_poll_xlarge

C’est la consternation générale : Dieu vient en effet d’annoncer lors d’une conférence de presse qu’il se voyait contraint de mettre fin à son programme expérimental « la Vie sur Terre ». « J’en suis le premier désolé, a déclaré Dieu aux journalistes, mais c’est la crise pour tout le monde. Comme c’est le cas en France, nous avons au Ciel de plus en plus de difficultés à financer nos programmes de recherche. Les crédits se font de plus en plus rares, et il est de plus en plus compliqué de recruter des anges-chercheurs pour mener à bien nos expériences ».

Pour Dieu, la fin du projet « la Vie sur Terre » est extrêmement regrettable : « la réduction des budgets alloués à la recherche nous oblige à mettre fin à un programme lancé il y a près de 4 milliards d’années, ce qui n’est pas rien. De plus, nous étions proches de répondre à la question scientifique posée par le programme, qui voulait tester si des êtres vivants pouvaient être en capacité de détruire la planète qui les porte. Le suspens était de mise dans ce projet, mais malheureusement nous avons beaucoup d’expériences similaires sur d’autres planètes dans d’autres galaxies, il nous a fallu faire des choix ».

« J’espère que vous avez bien compris que c’est bien la fin de votre monde, la fin de la vie sur terre que je vous annonce, a rajouté Dieu. En effet, comme vous pouvez l’imaginer, la règlementation en vigueur nous interdit de libérer dans la nature des organismes expérimentaux. Mon équipe et moi-même sommes bien conscients des désagréments que cela pourra vous causer, et nous essayerons bien entendu de vous éviter une fin trop atroce. Nous pourrions par exemple faire percuter la terre par un astéroïde géant, la faire exploser ou tout simplement couper l’arrivée d’oxygène à tous les organismes vivants. Une réunion de travail est prévue dans quelques jours dans notre laboratoire céleste pour décider d’un protocole d’euthanasie en accord avec les règlements officiels sur l’expérimentation sur les organismes vivants ».

Du côté français, Madame Geneviève Fioraso, la secrétaire d’État chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a déclaré en pleurs qu’elle était catastrophée par la nouvelle : « j’ai toujours considéré que les scientifiques avaient trop d’argent pour leurs projets de recherche, et j’ai tout fait pour réduire leurs possibilités de financement. Mais maintenant que je suis moi-même victime de réductions budgétaires affectant la recherche, je réalise un peu tard que je me suis trompée ».